5 questions à Josh Coppins

getimage76.jpg

Josh Coppins et Yamaha, un duo gagnant ! Photo P. Haudiquert
5 questions à Josh Coppins dans Interview pix_trans
Leader du Mondial MX1, Joshua Coppins arrive au Japon avec une lourde mission puisque toute l’usine Yamaha attend de lui une nouvelle victoire d’un pilote de la marque à Sugo.

Calme et serein, le Néo-Zélandais a pu découvrir tout cela lors de son passage à l’usine Yamaha.

pix_trans dans Interview
Josh, pour la première fois dans ta longue carrière l’occasion t’a été donnée de visiter l’usine de ton employeur. Quelles impressions ?
 

C’est super, cela permet d’apprécier encore plus le travail que ces gens font pour construire les motos sur lesquelles tu roules, et l’implication de l’usine dans la compétition.

Jamais je n’avais eu l’occasion de rencontrer des responsables Japonais, et quelque part c’est un honneur d’être avec eux, de mesurer leur investissement.

Ils ont vraiment tout mis en œuvre pour que nous puissions gagner des GP ! Quelque part ils vous ont mis un peu la pression avant ce GP ?
Oui bien sûr, et on peut comprendre que pour eux il est important qu’une Yamaha s’impose à Sugo.

C’est leur course, ils ont fait beaucoup de promotion, de nombreux employés de Yamaha y sont invités et je peux comprendre leur discours.

Mais pour moi cette course est comme les autres, je ferais tout ce que je peux pour la gagner comme si j’étais en Belgique, en Nouvelle-Zélande ou ailleurs. Mon but est de remporter le championnat, de gagner un maximum de GP mais la pression sera la même que d’habitude, normale.

115.jpg

Jusque là le championnat se passe plutôt bien pour toi ?


Oui, plutôt bien malgré quelques petites blessures en Italie, puis en Allemagne.

Je reste déçu de ma seconde manche en Allemagne, et de cette chute qui m’a coûté la victoire.

J’avais fait le plus dur en prenant sept secondes d’avance sur mes rivaux, il ne me restait qu’à contrôler la course et je me suis déconcentré un instant, chutant après avoir raté une vitesse dans la section sablonneuse.

Malgré tout j’ai encore augmenté mon avance au championnat, mon but est de me forger une avance d’une cinquantaine de points puis de gérer cet écart.

On sait qu’il est difficile d’avoir un bon résultat chaque week-end, une telle avance te met à l’abri d’une mauvaise journée.

En Allemagne on a vu que pas mal de pilotes pouvaient se battre pour la victoire en MX1, ce qui finalement peut t’avantager dans la course au titre ?

Oui, et cela je le savais avant le début du championnat.

La presse belge ne cessait de dire que le titre se jouerait entre Kevin et moi, mais j’ai toujours dit qu’il y avait d’autres gars capables de gagner.

Un garçon comme Sébastien Pourcel a fait de gros progrès et je savais qu’il serait dangereux en Allemagne, Philippaerts se donne beaucoup, De Reuver a une bonne vitesse, Steve commence à aller de mieux en mieux, Kevin reste dangereux, Leok fut bon en Italie, Barragan a fait quelques bonnes manches.

Ils ne sont pas toujours consistants, si bien que mes rivaux changent à chaque course, et pour moi l’objectif reste d’être sur le podium chaque week-end, bien sûr en gagnant quelques manches et si possible quelques grands prix. Tu as roulé pour Suzuki Geboers, puis pour plusieurs teams Honda avant d’aller chez Rinaldi. Comment cela se passe-t-il avec eux ?

C’est un niveau supérieur à tout ce que j’ai pu connaître jusque là, sur la piste et en dehors de la piste.

La préparation, l’investissement, l’implication de chacun est au top niveau et c’est ce que je pensais trouver chez eux.

Cela fait longtemps que je voulais rouler pour Rinaldi, mais tant que Stefan y était cela n’avait aucun sens puisque j’étais son principal rival.

J’ai du attendre que Stefan arrête, j’aurais espéré que ce soit un an plut tôt mais l’important est que j’y sois aujourd’hui !

A Sugo, Pascal Haudiquert

 


Répondre

Blog i-Trail |
la passion du 4x4 |
Rallye de Tunisie 2007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seb FCSM 70
| H²O_2012
| mega blog